Egypte, la révolution à l’épreuve

À une semaine des élections législatives, l’Égypte connaît une nouvelle crise politique, particulièrement sanglante. L’armée est soupçonnée de vouloir s’accrocher au pouvoir.

Après trois jours d’affrontements et près de 30 morts, l’Égypte se préparait mardi à une nouvelle manifestation à haut risque, place Tahir, au Caire. Une manifestation à laquelle n’appelaient pas les Frères musulmans, grands favoris des élections législatives toujours programmées pour le 28 novembre. Lundi soir, le gouvernement d’Essam Charaf, nommé en mars par l’armée, et chargé d’assurer la transition démocratique, avait remis sa démission, semblant céder à la population. Mais, derrière cette fiction…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.