La censure, signe des temps

Une exposition au Centre Pompidou revient sur les rapports
entre éditeurs et pouvoir politique depuis l’après-guerre.

Flaubert, Sade, Nabokov, Henri Alleg, François Maspero, Jean-Jacques Pauvert, Jérôme Lindon, Jacques Laurent, le général Aussaresses, Régine Desforges… Qu’ont donc en commun ces auteurs et ces éditeurs ? D’avoir été poursuivis pour « outrage aux bonnes mœurs », d’avoir publié des ouvrages saisis pour « atteinte à la sûreté de l’État », d’avoir été condamnés pour « incitation à la haine raciale », « injure au chef de l’État », « apologie de faits de torture » ou « atteinte à la vie privée ». D’avoir donc…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.