Les accros du nucléaire

L’Agence internationale de l’énergie a élaboré un scénario « bas nucléaire » pour 2035, mais noircit le tableau.

C’est une première au sein de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) : son dernier rapport annuel prospectif – un document qui fait référence – envisage pour la première fois l’hypothèse d’un franc recul du nucléaire dans le monde. Le sujet est sensible, et l’agence, une émanation de l’OCDE qui n’a jamais professé d’animosité envers cette technologie, s’offre un luxe de justifications et se défend d’énoncer une prophétie autoréalisatrice : après Fukushima, la confiance dans le nucléaire a vacillé, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.