Accouchement sous X : le supprimer ?

Entre le besoin de chacun de connaître ses origines et la nécessité de protéger l’identité des femmes qui accouchent sous X, que privilégier ? Pierre Verdier se prononce pour la levée de l’anonymat tandis que Danielle Gaudry s’y oppose, invoquant le primat du lien social sur le lien biologique.

Pierre Verdier Avocat au barreau de Paris et président de la Coordination des actions pour le droit à la connaissance des origines (Cadco). La France a cette particularité qu’un enfant peut naître de personne. En effet, un décret-loi signé par Philippe Pétain en 1941 a légalisé l’accouchement sous X. Cette procédure permet à une femme d’accoucher sans laisser son nom, privant ainsi définitivement son enfant de son identité. Il y avait en 1941 un contexte social et politique particulier. Depuis, bien des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.