Cocasse concasseur

La dernière absurdité de Roland Dubillard : mourir.

Roland Dubillard s’en est allé le 14 décembre à 88 ans, prouvant une dernière fois que le terme « absurde » n’est pas un vain mot. Un temps mis au second plan par les grands maîtres du genre, Ionesco, Beckett, il était revenu sur le devant de la scène, bien qu’immobilisé sur un fauteuil roulant. C’est qu’il n’y a rien de plus drôle que ses Diablogues, et les titres de ses pièces sont à eux seuls des enchantements : Où boivent les vaches, le Jardin aux betteraves, Chiens de conserve, Naïves Hirondelles.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.