Vies à bascule

Trois pièces courtes de l’Australien Daniel Keene par Didier Bezace, explorant des face-à-face bouleversants.

Trois moments. Trois duos. Trois types d’humanité. À chaque fois, des humbles qui ont autant de difficultés avec la notion de bonheur qu’avec la réalité du malheur. Des murs noirs, conçus par Jean Haas, se déplacent dans l’espace pour compartimenter leur petit univers. Acte un : un père (Patrick Catalifo) et son petit garçon (Maxime Chevalier-Martinot ou Simon Gérin, en alternance) se retrouvent alors que le premier n’a pas la garde du second. Le père, dans un café, un jardin au bord d’un fleuve, dans sa…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.