À la recherche d’une « classe fantôme »

Réédition bienvenue d’un classique de la sociologie ouvrière, toujours actuel.

Déjà, en 1999, l’introduction de Stéphane Beaud et de Michel Pialoux à leur Retour sur la condition ouvrière , issu de plus de quinze années d’ « enquête aux usines Sochaux-Montbéliard » , commençait par cette interrogation : « Pourquoi écrire aujourd’hui sur les ouvriers ? » Les deux sociologues ajoutaient : « Ne sont-ils pas les survivants d’un vieux monde industriel en voie de disparition ? N’a-t-on pas déjà tout dit sur la fin de la “classe ouvrière” ? » Si leur livre est bien devenu, depuis, un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.