Dossier : Changer de République !

Changer de République !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Illustration - Changer de République !

Moraliser la vie politique par référendum. Faire vivre une « une république nouvelle ». Passer à la VIe République… De François Bayrou
à Jean-Luc Mélenchon en passant par François Hollande et Eva Joly, ces candidats ont en commun de proposer de changer nos institutions. Une convergence qui témoigne a minima d’un même souhait : tourner la page du sarkozysme et de son hyperprésidence. C’est-à-dire un mode d’exercice du pouvoir où le Président contrôle tout. Le gouvernement à qui il dicte ses volontés et dont il peut congédier les membres à tout instant.
Le Parlement sur lequel il a le droit de vie ou de mort.

La justice, piétinée dans son indépendance, impuissante face à l’impunité présidentielle. Et même les médias, dont les plus gros titres appartiennent à quelques-uns
de ses meilleurs amis, quand les patrons de l’audiovisuel public lui doivent leur nomination.

Quand le Président règne, le peuple est tenu à distance
du cercle du pouvoir. Comme les troupes de l’UMP dimanche
à Villepinte, les citoyens sont cantonnés, derrière
des barrières, à un rôle de spectateur. Tout juste conviés
à visiter le palais des « gens modestes » une fois l’an
pour la journée du patrimoine, et à désigner tous les cinq ans qui en sera le locataire.

Il serait naïf de croire que cette situation, où la démocratie
se dessèche, disparaîtra avec la seule défaite de Nicolas Sarkozy. Loin d’être un accident de l’histoire ou un dérèglement de la Ve République, elle découle de la constitution de 1958 et du présidentialisme que cette dernière a consacré. C’est donc bien de République qu’il faut changer pour rendre au peuple sa souveraineté. Lui permettre d’intervenir dans tous les domaines de la vie politique, sociale et économique.

La tâche est ambitieuse, sans doute. Mais elle aussi nécessaire qu’urgente. Faillir à ce nouveau rendez-vous, après celui manqué de 1981, serait pour la gauche une faute.
Michel Soudais


Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.