En Syrie, la révolution orpheline

Un an après le déclenchement de l’intifada syrienne, force est de constater que le régime de Bachar Al-Assad dispose encore de plusieurs cartes à jouer, bénéficiant à la fois de la fidélité des appareils d’État, notamment militaires, du soutien ou de l’attentisme d’une partie de la population, des insuffisances flagrantes de l’opposition traditionnelle et, surtout, d’une conjoncture régionale qui a rendu quasiment impossible jusqu’à présent toute intervention internationale, qu’elle fût militaire, ce dont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.