La France s’accroche à ses centrales

Au pays du tout-nucléaire, l’accident de Fukushima a quand même réussi à provoquer un débat. Mais la possibilité d’une sortie du nucléaire demeure taboue.

En octobre dernier, Eva Joly s’était rendue dans la zone de Fukushima pour témoigner de la catastrophe humaine et écologique en cours. Il y a dix jours, Éric Besson, qui a poussé jusqu’à la centrale, en est revenu « globalement rassuré » : la radioactivité n’est pas très forte, et l’on ne déplore que deux morts (par noyade, pendant le tsunami), explique-t-il – foi de l’opérateur Tepco. Le ministre de l’Industrie était venu délivrer aux techniciens un message plein de suffisance : « Nous comptons sur vous…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.