Le droit de mourir libre

Non-respect des lois relatives aux droits sanitaires des détenus.

Le 4 mars 2002, le Parlement adoptait la loi sur les droits des malades en prison. Texte fondateur de la démocratie sanitaire et de la participation des usagers aux politiques de santé, cette loi instaurait une suspension de peine lorsque le pronostic vital du détenu est engagé ou que son état de santé est jugé durablement incompatible avec l’incarcération. C’est évidemment le cas pour toute personne atteinte du sida. Or, dénonce aujourd’hui le collectif TRT-5, réunissant plusieurs associations de lutte…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.