Les moujiks avec Poutine

Quasiment certain d’être élu le 4 mars grâce au soutien inconditionnel des populations rurales, l’actuel Premier ministre s’en prend tout de même à la fragile presse libre. Qui s’accroche.

L’administration de Vladimir Poutine vient de couper les ailes à Écho de Moscou , qui se permettait de critiquer le candidat à l’élection présidentielle. Cette radio au ton très libre a également diffusé un feuilleton satirique, le Citoyen poète , qui se paye chaque lundi la tête du Président et du Premier ministre, et raille leurs compromissions avec les nouveaux riches bling-bling du régime. Le succès de cette émission auprès de la classe moyenne russe est tel qu’elle est devenue insupportable…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.