Mauvaise Grèce

Quand les éditorialistes s’entendent
sur le sort du peuple grec, qui l’a bien cherché quand même !

C’est passé inaperçu. Dans l’émission « Des paroles et des actes » du 23 février, après le faux débat entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, intervenait Franz-Olivier Giesbert face à la candidate frontiste. L’occasion pour lui de revenir sur l’Europe : « Les pauvres Grecs se sont mis dedans eux-mêmes ! En ne payant pas d’impôts, en payant très cher leurs fonctionnaires, en donnant des retraites très tôt ! Ils ont vécu aux crochets de l’Europe et, en plus, ils ont menti. » Personne ne l’a repris. À vrai…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.