La force de l’altérité

Les frères Thabet inventent dans Rayahzone une superbe acrobatique de la rencontre.

Une cour aux murs décrépis, abîmés par le temps, par la vie. De partout et de nulle part, quotidien, ce décor de Rayahzone ne peut qu’abriter la tragicomédie de l’existence. L’entrée en scène de Hédi Thabet confirme cette intuition, donne le ton à la fois grave et léger du spectacle créé par les deux frères Thabet. Béquilles en mains, crâne d’un animal à la face allongée posé sur la tête, l’artiste fait plusieurs fois le tour de la salle. Il prend son temps, comme pour exhiber sa particularité physique,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.