Pas de quartier pour les mineurs

Cinq ans de suppression de postes et de surenchère répressive ont plongé la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) dans une véritable crise. Une grève des professionnels de cette institution a accompagné vendredi 6 avril la première audience correctionnelle pour mineurs du palais de justice de Paris. Procédure nouvelle adoptée dans la loi Mercier du 10 août 2011, elle doit permettre d’accélérer le jugement des mineurs récidivistes en les présentant devant un tribunal correctionnel présidé par un juge…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.