Dossier : Révolutions arabes : la longue marche

Le conflit syrien passe au Liban

Le nord du pays subit l’onde de choc de la guerre qui ravage la Syrie : sunnites et alaouites s’affrontent. Le pouvoir prône la « neutralité positive ».

ÀTripoli, au nord du Liban, depuis un mois, les quartiers sunnites de Bab al-Tebbaneh et alaouites de Djebel Mohsen se sont déclaré la guerre. Une rue les sépare : la rue de Syrie. Un nom qui résume à lui tout seul la cause du conflit. Les sunnites de Bab al-Tebbaneh soutiennent la révolution syrienne, les alaouites de Djebel Mohsen défendent le président syrien, Bachar el-Assad. Les rues du quartier sunnite sont tapissées d’affiches de « martyrs de la révolution syrienne ». Dans celles de Djebel Mohsen,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.