Mali : Vers une intervention armée ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis New York, à la veille de l’ouverture de la 67e assemblée générale de l’ONU, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé lundi 24 septembre que le Mali avait demandé officiellement devant l’ONU une intervention militaire internationale. Une demande d’intervention « immédiate » dans le nord de son territoire contre les groupes islamistes qui en ont pris le contrôle il y a déjà plusieurs semaines. Si la France, ancienne puissance coloniale, ne souhaite pas intervenir directement sur place avec des hommes au sol, elle fournira très certainement un soutien logistique à une force armée constituée par des militaires des différents pays de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). L’accord entre le gouvernement malien et la CEDEAO reste cependant à être précisé, mais il semble bien qu’on s’oriente vers une intervention armée contre les groupes islamistes, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Sans doute après l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité, d’ici à quelques semaines.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.