Le budget sous l’œil de Bruxelles

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


À la veille de l’ouverture des discussions parlementaires sur le budget 2013, l’Assemblée nationale avait convié la vice-présidente de la Commission européenne, Viviane Reding, et trois responsables de commissions du Parlement européen pour discuter de la « la prise en compte des orientations budgétaires européennes par le projet de loi de finances » . En guise de débat, de rares parlementaires avaient droit à deux minutes pour poser leurs questions. Ils auront surtout entendu ce message martelé par Mme Reding : « Il faut comprendre, lentement mais sûrement, qu’il n’y a plus de politique intérieure nationale. Il n’y a plus que des politiques européennes, qui sont partagées dans une souveraineté commune. » Et dire que le gouvernement a fait croire durant les débats sur le TSCG que la souveraineté budgétaire n’était en rien écornée…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.