À contre-courant / Le suicide économique du gouvernement

L’aéroport Notre-Dame-des-Landes et la ligne ferroviaire Lyon-Turin sont deux grands projets du gouvernement Ayrault pour relancer la croissance, dans une logique productiviste surannée. Ces investissements prestigieux s’avéreront coûteux et leur exploitation deviendra un fardeau financier : un nouveau tunnel sous la Manche, sauf que le pigeon ne sera plus l’actionnaire populaire, mais le contribuable. Des alternatives moins onéreuses existent, mais le gouvernement préfère engager des dépenses…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.