Contraception : Le Planning familial se défend

Un député reprochait au Planning familial d’avoir distribué des pilules de 3e et 4e générations « comme des bonbons » .

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le Planning familial a répondu le 11 février, dans un communiqué, aux accusations de l’élu PS Gérard Bapt. Dans un entretien publié le 3 février sur le jdd.fr, le député et cardiologue reprochait au Planning familial d’avoir distribué des pilules de 3e et 4e générations « comme des bonbons », certaines « fournies gratuitement par les labos ». Des accusations « sans preuve » selon l’organisation, qui prône la prescription de pilules remboursées, donc de 2e génération, et rappelle que le nom « planning familial » est utilisé par de nombreux centres, en France, ne dépendant pas de sa gestion.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.