Italie : Aux origines de l’opéraïsme

Mario Tronti revient sur l’histoire et les apports théoriques de ce mouvement communiste critique italien, dont il fut l’un des fondateurs.

En lisant ce récit de « l’aventure intellectuelle » opéraïste, on ne peut s’empêcher de penser à celle du groupe français Socialisme ou Barbarie (SouB, lancé en 1948 autour de Cornélius Castoriadis et Claude Lefort), et en particulier au rôle qu’y joua Daniel Mothé, alors jeune ouvrier de Billancourt. Ses textes, publiés dans cette revue d’intellectuels dissidents du trotskisme, relataient son « expérience ouvrière ». L’opéraïsme naît en effet, quelque quinze ans plus tard, à partir d’une revue. En marge…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.