Violente répression sociale

Les métallos des sites d’ArcelorMittal de Florange et Gandrange, Schifflange (Luxembourg) et Liège (Belgique) qui avaient prévu de manifester le 6 février devant le Parlement européen à Strasbourg en ont été empêchés par un important dispositif policier : interception et fouille des bus sur le parcours, interdiction des voies d’accès, gaz lacrymogènes et tirs de Flash-Ball. Un manifestant belge y a perdu un œil. La veille, Manuel Valls s’était inquiété des risques « d’implosions ou explosions sociales » en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.