Les casseroles et le goupillon

Selon la com’ bien huilée du Vatican, le nouveau pape Bergoglio, dit François, est proche des pauvres. Quelques casseroles, pourtant, traînent à sa sainte soutane. En particulier son attitude pendant la dictature militaire (1976-1983). On soupçonne l’ex-évêque de Buenos Aires d’avoir destitué deux prêtres engagés dans la théologie de la libération, les désignant ainsi à la junte comme activistes. Mais rien ne le prouve. En revanche, il est certain que Bergoglio n’a, à ce jour, jamais condamné la dictature,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.