Égypte : la question de vocabulaire

Washington s’est gardé pour l’instant de parler de « coup d’État ». Des mots qui auraient pour effet la suspension de l’aide américaine.

Les événements du 5 juillet au Caire relèvent-ils d’un coup d’État ? Apparemment, cela ne fait guère de doute. Sinon, comment nommer la destitution par l’armée d’un président élu démocratiquement ? Pourtant, les États-Unis se gardent bien d’employer le mot qui fâche. C’est que la reconnaissance du coup d’État entraînerait ipso facto la suppression de l’aide que Washington apporte à l’Égypte, et en premier lieu à l’armée. L’aide militaire américaine s’élève à 1,3 milliard de dollars sur une assistance…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.