À Madagascar, les agriculteurs privés de forêt

Deux modèles de protection de la biodiversité se font face à Madagascar : alors que certains acteurs favorisent le développement agricole, les grandes ONG conservationnistes misent sur la répression et le commerce de crédits carbone.

Une table de chevet, un petit lit à moustiquaire, deux chaises et une armoire, voilà à quoi se résume le mobilier de Nirilanto, un jeune paysan malgache. Sa maison est située dans la commune de Didy, au nord de Madagascar, dans un corridor forestier riche de forêts humides. Suspendus au plafond, des mousquetons, des cordes et un casque. « C’est avec ce matériel que je grimpe dans les arbres pour cueillir des feuilles de ravensara aromatica, d’où seront extraites des huiles essentielles », explique-t-il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.