Centrafrique : Massacres et confusion

La République centrafricaine continue de vivre une situation humanitaire et sécuritaire chaotique.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Après des combats les 7 et 8 septembre, qui ont fait plus d’une centaine de morts, entre forces du nouveau régime centrafricain du président Michel Djotodia (qui a pris de force la capitale Bangui le 24 mars dernier) et celles demeurées fidèles à l’ancien chef de l’État, François Bozizé, la République centrafricaine continue de vivre une situation humanitaire et sécuritaire chaotique. Sur fond de violences ethniques entre majorité chrétienne et minorité musulmane (dont, pour la première fois dans ce pays, est issu le nouveau président), de multiples factions incontrôlées se livrent à des pillages et des rackets envers la population.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.