Estrosi aux jeux de la négrophobie

Les élus niçois ont bombé le torse contre une chanson de Kery James « qui appelle à la révolution dans les banlieues ».

Le sang d’Éric Ciotti et de Christian Estrosi n’a fait qu’un tour, samedi soir à Nice, lorsque le rappeur Kery James (photo) est monté sur la scène de la cérémonie d’ouverture des Jeux de la Francophonie. Les élus niçois ont immédiatement bombé le torse contre une chanson « qui appelle à la révolution dans les banlieues ». Manque de chance, le titre « Banlieusard » chanté ce soir-là est un appel à s’en sortir par le travail et s’adresse à « ceux qui rêvent d’une France unifiée » : « On n’est pas condamné à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.