La société des rigolos

J’aime quand les journalistes s’appliquent à lécher la main qui les nourrit.

L’autre jour, t’as vu, Hervé Kempf a annoncé qu’il quittait le Monde, où il estime avoir été censuré : il accuse la hiérarchie du « quotidien de référence 1 » de l’avoir empêché d’enquêter sur Notre-Dame-des-Landes. Immédiatement, la Société des rédacteurs du Monde (SRM) a confectionné un scandalisé communiqué pour cacaber que ces propos « portaient atteinte à la crédibilité » du titre, genre leee Mooonde ouuutraaagé ! Leee Mooonde briiisééé ! Leee Mooonde maaartyyyriiisééé ! Perso, j’ai trouvé ça…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.