Numéro de clones

Lebensraum , de Jakop Ahlbom, est une délicieuse fable muette sur les dérives technologiques.

Engoncés dans leur costume ringard, le visage grimé comme des presque morts et bourrés de petites manies de vieux garçons, les deux antihéros de Lebensraum ont été les grandes découvertes de l’édition 2013 du Festival Mimos. Pour la première fois, à l’occasion de ce rendez-vous des arts du geste et du mime, les deux solitaires clownesques présentaient au public français leur dégaine inspirée de l’univers de Buster Keaton et leurs stratégies incongrues de lutte contre l’ennui. Les inconditionnels du théâtre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.