Urgence pour l’Hôtel-Dieu

Les urgences de l’établissement parisien ont été remplacées par des consultations sans rendez-vous. Un comité de soutien se mobilise pour que perdure un service d’accueil de proximité.

L’endroit est clair, calme, vide. Deux personnes patientent dans la salle d’attente, deux professionnels orientent les arrivants. Une grande partie des urgences de cet hôpital historique, situé entre la Seine et Notre-Dame, ont fermé le 4 novembre. Les pompiers ne viennent plus. Les équipes ont été transférées. Celles qui restent font le pied de grue. « Les chambres ont été fermées à clé », s’indigne Gérald Kierzek. Il est 10 heures, cet urgentiste de 38 ans est de garde depuis la veille au soir mais il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.