Fralib : Boycott pour une alternative

La future coopérative entend respecter l’environnement, développer les productions locales et placer Unilever face à ses responsabilités.

En lançant, le 7 décembre, une journée nationale de boycott des marques d’Unilever 1, les salariés de Fralib veulent montrer que leur lutte sans relâche contre le géant de l’agroalimentaire peut trouver une issue favorable pour la relance d’une filière de conditionnement de produits naturels et bio pour les infusions et le thé. Les « fralibiens » travaillent depuis trois ans à un projet alternatif de coopérative et à la sauvegarde de l’emploi sur le site de Gémenos (Bouches-du-Rhône). La coopérative (Scop)…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.