Le conteur interrogatif

Yannick Jaulin partage avec le public ses incertitudes sur le rôle du conte aujourd’hui. Avec humour, amour et un usage inventif de la langue.

Parce qu’on n’échappe pas aux pressions des modes et des urgences, le mouvement des conteurs semble amorcer un déclin. On parle moins des Bruno de La Salle et Pépito Matéo, bien que ce dernier parle sans détours de la France des cités. Ils sont toujours actifs, et les festivals de « parleurs » toujours nombreux, mais le vent a tourné. Les amuseurs de tous poils occultent le paysage. Les ricaneurs sont en train de dévorer tous les espaces de convivialité théâtrale. Malgré tout, Yannick Jaulin, le Poitevin,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.