« Dernières Nouvelles du martin-pêcheur » de Bernard Chambaz : Portrait de père à l’enfant

Récit d’une traversée des États-Unis à vélo, Dernières Nouvelles du martin-pêcheur est aussi un hymne au dialogue. Entre morts et vivants, entre figures historiques, entre Bernard Chambaz et son fils décédé il y a dix-neuf ans.

«Il n’y a pas de soleil sans ombre, et il faut connaître sa nuit », dit Bernard Chambaz, tout au long de ses Dernières Nouvelles du martin-pêcheur. « Du simple sentiment de la vie, il résulte la possibilité d’être joyeux. Le deuil est compatible avec la joie », écrit par exemple le romancier-Sysiphe qui, de livre en livre, poursuit le même fantôme. Celui de Martin, son fils décédé il y a dix-neuf ans. Cette fois, c’est à bicyclette qu’il a décidé de partir à la rencontre de son enfant. Ou plutôt des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.