Le « héros » était un criminel

Ariel Sharon, mort à 85 ans, a poursuivi toute sa vie un seul but : chasser les Palestiniens ou les éliminer pour construire le « Grand Israël ».

On aura admiré depuis l’annonce de la mort d’Ariel Sharon, samedi, la prudence des médias français. Des numéros d’équilibristes pour rappeler que l’ancien baroudeur de l’armée israélienne était un « héros pour les Israéliens » et un « criminel pour les Palestiniens ». Un simple rappel des faits permet de comprendre que la vérité ne se situe pas exactement à mi-chemin entre les deux. Ariel Sheinerman, dit Sharon, a gagné ses premiers galons en dynamitant toutes les maisons du village palestinien de Qibya,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.