« À tort ou à raison »

Le Monde juge que « l’opinion » pourrait avoir « raison » de considérer qu’il y a trop d’étrangers.

L’autre dimanche, donc, les Suisses ont vot(ationn)é contre ce qu’ils appellent « l’immigration de masse ». Immédiatement, le Nouvel Observateur a tiré de ce happening la conclusion que : « Non, les Suisses ne sont pas devenus xénophobes. » (Puisqu’en effet, la xénophobie est, nous dit le dictionnaire, une hostilité à ce qui vient de l’étranger – alors que les Suisses ont exprimé, dans les urnes, une hostilité à ce qui venait de l’étranger : ça serait bien de pas tout confondre, steuplaît, ou sinon, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.