Israël : la peur du boycott

Le gouvernement israélien et le patronat prennent conscience de l’ampleur du mouvement international en faveur de la campagne BDS.

«BDS » pour « Boycott, désinvestissement et sanctions » : voilà donc les trois lettres qui font peur au gouvernement israélien. C’est même un début de panique qui s’empare du Premier ministre, Benjamin Nétanyahou, qui, dimanche, a réuni en urgence trois de ses ministres pour discuter des moyens de lutter contre le boycott. De façon symptomatique, ce sont les ministres les plus favorables à la colonisation qui étaient convoqués : Avigdor Lieberman (Affaires étrangères), Naftali Bennett (Économie),…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents