Afrique du Sud : L’ANC en perte de vitesse

À une semaine des élections générales du 7 mai, le parti au pouvoir apparaît de plus en plus contesté sans être réellement menacé.

C’est un étudiant de l’université de Johannesburg, Shadrack Ngombabu, qui résume le mieux la situation : « Beaucoup de jeunes Sud-Africains ne savent pas à qui faire confiance pour assurer leur avenir. » Les « born frees » (nés libres), comme on les appelle, ceux de la génération de l’après-apartheid, sont en plein doute. Pire, une véritable méfiance monte envers le Congrès national africain (ANC) : « Nous ne sommes pas sûrs que voter pour l’ANC soit la bonne décision », commente Shadrack Ngombabu. Vingt…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.