Sortir de l’euro ?

C’est la finance, et non la monnaie unique, qui est coupable.

La question est posée, bien que les avocats de la sortie de l’euro soient très minoritaires au sein de la gauche antilibérale et de ses organisations. Pour les adversaires d’une sortie volontaire, des réformes de fond des traités restent possibles. Mais au prix de fortes mobilisations et d’une forme de « désobéissance » portant sur le statut de la BCE – afin qu’elle joue un rôle de vraie banque centrale –, sur la règle budgétaire, sur le soutien à l’emploi dans le cadre de la transition écologique et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.