Ukraine : une offensive à haut risque

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis l’aube, les forces ukrainiennes tentent de reprendre le contrôle de la ville de Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine. Kiev a perdu son autorité sur ce bastion des insurgés pro-russes depuis plus de deux semaines. Onze observateurs de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) y sont détenus.

Après plusieurs échanges de tirs aux abords de la ville, deux helicoptères ont été abattus et deux militaires tués. Le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonce sur sa page Facebook le recrutement de mercenaires professionnels par les pro-russes et le « recours à l'artillerie lourde » . Côté pro-russe, la porte-parole des séparatistes, Stella Khorosheva, a fait état d’un militant tué et de plusieurs blessés.

Les perspectives de sortie de crise, déjà minces, sont de plus en plus incertaines. Le Kremlin a déclaré que cette offensive, qu’il désigne comme un « raid de représailles » , met fin à l’accord de Genève, qui prévoyait un désarmement des milices. Signé mi-avril, l’accord n’avait d’ailleurs jamais été appliqué. Les milices sont toujours là et les troupes russes encore massées à la frontière. Les suites données à cet assaut dans les heures qui viennent seront décisives.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.