On est ce que l’on mange !

À rebours des programmes insipides sur la cuisine, Alain Kruger propose sur France Culture une lecture exigeante et gourmande des affaires de table.

Qui étaient les mères lyonnaises ? Des femmes de la campagne rhônalpine tôt retirées des travaux des champs pour être placées au service de riches bourgeois, en bonnes à tout faire et jusqu’à la cuisine, avant d’avoir le toupet de créer leur propre établissement pour régaler au prix fort leur ancien employeur, à coups de poulardes demi-deuil et de gratins d’écrevisses. La mère Fillioux et la mère Brazier en sont deux exemples. Sait-on que l’ancienne salle de garde de l’hôpital Vaugirard recouvre des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.