Avignon entre dans la danse

Après des débuts peu convaincants, le festival prend son envol. Avec de libres et joyeux spectacles musicaux et chorégraphiques.

Pour inaugurer cette 68e édition du Festival d’Avignon dans la joie, c’est par Coup fatal qu’il aurait fallu commencer. Pendant que le Palais des papes accueillait le Prince de Hombourg et qu’Olivier Py présentait son Orlando ou l’Impatience, le chorégraphe belge Alain Platel donnait un coup de jeune au répertoire baroque, le mêlant à des sonorités congolaises. Ou était-ce plutôt la musique congolaise qu’il métissait d’airs de Bach, de Haendel et de Monteverdi ? Impossible de trancher. Coup fatal n’est pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.