L'abstention de 33 « frondeurs » n'empêche pas l'adoption du PLFRSS

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Les députés ont adopté à une majorité relative le Projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale (PLFRSS), cet après-midi : 272 voix pour, 234 contre et 54 abstentions.

Le vote des « frondeurs » était très attendu. La semaine dernière, ils avaient finalement approuvé le Projet de loi de finances rectificatifve (PLFR), bien qu'aucun de leurs amendements n'aient été retenus. Une position justifiée par le fait que ce texte, « critiquable » , estimait encore Pouria Amirshahi ce matin dans Libération , « prévoit de sortir du barème de l’impôt des gens qui n’avaient pas à y entrer, et un dégel, même minime, de certaines prestations sociales » . Ce recul, dont Manuel Valls n'a pas manqué de se féliciter, avait été sévèrement jugé par une grande partie de la gauche. « La fronde a fait pschitt ! » , ironisait, déçu, Jean-Luc Mélenchon sur son blog.

Après ce vote, les « frondeurs » avaient annoncé poursuivre leur bataille sur le budget rectificatif de la Sécu, à leurs yeux plus   « important »,  puisqu'il met œuvre les mesures les plus contestables du Pacte de responsabilité, notamment le gel des prestations sociales pour financer le soutien aux entreprises. Un texte que Christian Paul, l'un des animateurs de « l'Appel des cent » jugeait « incompatible avec un gouvernement de gauche ».

Après le rejet de l'ensemble de leurs amendements lors des discussions article par article, ils avaient annoncé leur refus de le voter. Un refus qui n'a pas été jusqu'à voter contre, mais s'est traduit par 33 abstentions. 13 des 17 membres du groupe écologiste présents se sont également abstenus, 4 votant pour. Les 10 députés du Front de gauche ont eux voté contre (voir le détail du vote ici)

A la sortie de l’hémicycle, Christian Paul s’est félicité des 33 abstentions PS : « C’est un acte courageux et nécessaire » , a déclaré le député de la Nièvre à LCP qui refuse de parler de « victoire » . «  C’est un vote d’avertissement » ajoute-t-il, promettant de « continuer de plus belle à la rentrée » .


Christian Paul : "Nous allons continuer de plus... par LCP

De son côté, le porte-parole du groupe PS à l’Assemblée, Thomas Thevenoud, constatait avec satisfaction « un reflux » des frondeurs parmi ces députés socialistes, rappelant que 41 d'entre eux s'étaient abstenus en avril sur le pacte de stabilité.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.