Les Arènes de la vertu (À flux détendu)

« Éditer est un acte noble. » Ainsi s’exprime Laurent Beccaria, directeur des éditions des Arènes.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Éditer est un acte noble. » Ainsi s’exprime Laurent Beccaria sur le site de la maison qu’il dirige, les éditions des Arènes. Si elle témoigne d’un authentique credo, la phrase doit pouvoir se décliner avec chaque titre publié par la maison. Essayons. « Éditer l’Affaire Clearstream, de Denis Robert, est un acte noble. » « Éditer Un jour, mon prince… Rencontrer l’amour et le faire durer, de Philippe Brenot, est un acte noble. » « Éditer Merci pour ce moment, de Valérie Trierweiler, est un acte noble. » On le voit : ça ne marche pas à tous les coups…

« Sur les tables des librairies, face à l’avalanche des “livres hors sol”, conçus en batterie et publiés en masse, nous pesons peu de chose », a écrit Beccaria. C’est qu’il est un éditeur vertueux. Jamais il n’aurait publié un livre rédigé à la va-vite et tiré d’emblée à 200 000 exemplaires… comme celui de Valérie Trierweiler. Dans un manifeste en faveur d’un « journalisme utile », paru l’an dernier, l’éditeur dénonçait les méfaits du Net sur les travailleurs de l’information : ce qui compte désormais, expliquait-il en substance, c’est « le trafic et la rapidité d’émission de nouveaux scoops. Il s’agit de faire le “buzz” et de cibler des clients potentiels afin d’attirer le plus d’annonceurs publicitaires possible ». Les « scoops », le « buzz », quelle horreur !…

« Nous avons connu des déconvenues. Parfois le public n’était pas au rendez-vous et nous avons déçu les libraires. Mais il vaut toujours mieux échouer en osant que réussir en imitant », plaide Beccaria. C’est sûr : la révélation aigrie des secrets d’alcôve concernant de hauts responsables politiques est une prise de risque inouïe. Et publier « sous X », c’est-à-dire garder secrète la préparation de cette chose et l’imprimer à l’étranger, n’est pas du tout reproduire une pratique déjà en vogue chez d’autres éditeurs. Mais attention : ceux-là ne savent pas ce qu’est « un acte noble »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.