Brésil : Un vote contre la classe politique

Si le candidat de droite, Aécio Neves, est devenu le favori des sondages, la population exprime surtout son rejet du gouvernement actuel.

À une semaine du second tour de la présidentielle, le 26 octobre, le Brésil des urnes est d’une opacité totale. Vendredi dernier, un sondage de l’Institut Sensus plaçait Aécio Neves (Parti de la social-démocratie brésilienne, PSDB, centre droit) à 13 points devant la présidente sortante, Dilma Rousseff (Parti des travailleurs, PT, gauche). Suspicion immédiate de biais, voire de manipulation : les autres officines mettaient les deux candidats au coude-à-coude, léger avantage à Neves. Là n’est pas la moindre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.