La fin des paradis fiscaux ?

L’agitation à propos du Luxembourg montre que l’affrontement est engagé.

Les politiques de déficit budgétaire qui ont été mises en œuvre pour éviter la répétition d’un scénario de type 1929, alors que très peu ou rien n’était fait pour remédier aux causes sous-jacentes de la crise de 2008, ont vite transféré les problèmes vers la croissance des dettes publiques. J’expliquais dans ma chronique précédente 1 comment les déficits soutenaient maintenant la course engagée aux États-Unis pour rétablir la situation macroéconomique par une forte intervention de l’État, fort peu «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.