Dossier : Tarnac, zadistes... Les nouveaux insoumis

Les nouveaux insoumis

La frontière est de plus en plus nette entre ceux qui veulent rompre avec l’ordre établi et ceux qui cherchent à l’aménager. La question révolutionnaire en vient à se poser de nouveau.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Jihad et ZAD. Rien à voir, bien sûr, sinon que ce sont deux phénomènes sociaux qui se cristallisent autour de la jeunesse. D’un côté, des adolescents en déshérence récupérés par des dérives sectaires. De l’autre, une génération écœurée par un système qui ne croit plus en rien et qui tente d’écraser sa révolte, comme les événements survenus au Testet, lors des manifestations d’opposition au projet de barrage de Sivens, l’ont montré.

Ces dernières ont mis en évidence la violence de la réponse que les pouvoirs publics leur opposent et la défaillance générale à écouter et à comprendre ce que ces mouvements veulent exprimer.

Ni « conflit de génération » ni « crise d’autorité », mais dégoût pour les partis traditionnels, le mensonge, le cynisme et les dysfonctionnements des démocraties capitalistes. Zadistes, groupe de Tarnac, Comité invisible ou collectif Mauvaise Troupe : il y a des groupes et des gens, jeunes et moins jeunes d’ailleurs. Pas un mouvement mais plusieurs qui se font écho et se retrouvent sur la défense de « territoires » qu’ils veulent soustraire à un projet inutile et nuisible (aéroport, barrage) ou à la domination de l’État, et où une vie en commun s’organise sans passer par des organisations.

Pour Éric Hazan, éditeur du Comité invisible, la frontière est de plus en plus nette entre ceux qui veulent rompre avec l’ordre établi et ceux qui cherchent à l’aménager. Forts des insurrections survenues depuis 2008 en Tunisie, en Grèce, en Espagne, mais aussi en Egypte, en Turquie ou au Chili, ils viennent reposer la question révolutionnaire. En prise avec le réel ou, disent-ils : « au ras de l’expérience ».


Photo : AFP PHOTO/JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.