Après les attentats, les défis de l’école

Dans la communauté éducative, l’heure est aux questionnements. Comment réagir face aux réactions violentes de certains élèves ? Comment parler du fait religieux en respectant le principe de laïcité ? Des enseignants témoignent.

Dès le lendemain des attentats contre Charlie Hebdo et l’épicerie casher de la porte de Vincennes, les établissements scolaires ont été confrontés à des difficultés inédites. Près de deux cents incidents ont été répertoriés dans les écoles, dont quarante signalés à la police, ce qui suppose des violences. Mais combien d’autres ont été réglés par les enseignants et n’ont pas été comptabilisés ? Derrière ces chiffres, on perçoit le désarroi des profs : « Que faire devant des propos insupportables ? », résume…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.