« The Smell of Us », de Larry Clark : Sexe, drogue, etc.

Avec The Smell of Us, Larry Clark filme à cru une certaine jeunesse, marquée par le désœuvrement.

Du sexe, des drogues, de l’alcool, du rock et du hard rock. Tel est l’emploi du temps d’une certaine jeunesse parisienne, dans cette première décennie du XXIe siècle. À peu près tous fils de bourgeois, à peu près tous en conflit avec leurs parents. Pas moins paumés. Ils sont quelques-uns à se retrouver du côté du Palais de Tokyo, passant des heures à faire du skate, braillant, s’amusant, entre deux moments de défonce, de confidences. L’une se donne aisément, l’autre s’exhibe, un autre encore vit pleinement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.