Détenus déboutés

Ils avaient dénoncé l’insalubrité et réclamé à l’État dommages et intérêts

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Onze anciens détenus de la prison de Colmar, qui en avaient dénoncé l’insalubrité et réclamé à l’État dommages et intérêts, ont été déboutés. Confirmant une décision de première instance, la cour administrative d’appel de Nancy a reconnu « l’état de vétusté général des locaux » mais rejeté la requête. Pourtant, un rapport d’expertise judiciaire en 2012 avait pointé une aération des cellules très difficiles, des douches présentant un « état de vétusté avancée » et « un chauffage très sommaire, voire inexistant ». Rappelons que la prison de Colmar date de 1791, avec des cellules de 9 m2 pour trois détenus.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.