« La Madrivore », de Roque Larraquy : Un sens de l’absurde à perdre la tête

Premier roman de l’Argentin Roque Larraquy, la Madrivore explore le cynisme scientifique.

De Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818) de Mary Shelley à l’Île du Docteur Moreau (1896) d’H. G. Wells en passant par l’Étrange Cas du Docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) de Robert Louis Stevenson, l’expérience scientifique a engendré en littérature bien des monstres. Avec la Madrivore, l’Argentin Roque Larraquy se place dans cette filiation. L’ancrage historique de ce premier roman est à ce titre éloquent. En 1907, soit quelques décennies après la naissance des mythiques victimes d’un positivisme…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.